Gattuso: « Je peux seulement marquer Messi dans mes rêves »

Interrogé sur la future confrontation de Ligue des champions face au Barça, et son principal danger Lionel Messi, Gennaro Gattuso n’a pas masqué son inquiétude. Non sans dérision.

Au sortir de la victoire de Naples contre la Lazio ce samedi soir (3-1), Gennaro Gattuso et ses hommes pouvaient enfin tourner la page d’une saison décevante mais sauvée toutefois par une victoire en Coupe, synonyme de qualification pour la prochaine Ligue Europa.La Serie A terminée, toutes les attentions se braquent désormais sur la prestigieuse Ligue des champions. Samedi prochain, les Partenopei se rendront au Camp Nou pour y défier Barcelone en 8e de finale retour. Le 25 février dernier à l’aller, les deux équipes s’étaient quittées dos à dos (1-1).

Chez l’ogre catalan, il y a un certain Lionel Messi. Les entraîneurs du monde entier aimeraient connaître la formule permettant de réduire son rayonnement. Gennaro Gattuso, aussi rugueux avait-il été au cours de sa carrière, il n’avait pas trouvé la recette. « J’ai essayé de l’attraper quand je jouais à Milan et que j’avais 10-15 kilos de moins qu’aujourd’hui » s’est-il amusé à répondre. Avec le résultat qu’on connait car « La Pulga » n’a jamais été éliminée par le club rossonero en LDC.

« Je peux seulement marquer Messi dans mes rêves. Ou bien sur la PlayStation de mon fils »

L’entraîneur napolitain a surenchéri, exagérant la situation « Je peux seulement marquer Messi dans mes rêves. Ou bien sur la PlayStation de mon fils ». Lors de la manche aller au San Paolo, les coéquipiers de Kalidou Koulibaly s’en étaient plutôt bien tirés. L’unique réalisation barcelonaise avait été l’oeuvre d’Antoine Griezmann.

Lire aussi:

Ça sent bon pour Mbappé

La colère de Naples qui ne veut pas jouer à Barcelone

Bartomeu: « Arthur aura une sanction et une amende »

Trulli

Précédent Suivant

  • 1/12

    Navas (7/10)

    Il n’a pas eu à sauver son équipe, mais il s’est imposé sur une reprise écrasée de Cornet (37e) puis un coup franc du même gaucher (80e). Avant de repousser le 6e tir au but de l’OL.

  • 2/12

    Kurzawa (5)

    Titularisé à droite de la défense, il a eu envie de bien faire, notamment défensivement. Il a pris son couloir mais sans pouvoir apporter du danger.

  • 3/12

    Thiago Silva (5,5)

    Serein dans les duels aériens et à la relance. Il a néanmoins été pris de vitesse à plusieurs reprises, par Aouar (27e) et Dembélé (55e). Victime de crampes, il n’a pas joué la prolongation.

  • 4/12

    Kimpembe (6)

    Il a fait parler sa vitesse notamment face à la mobilité de Depay. Il a réalisé une belle intervention sur une contre-attaque lyonnaise (53e), avant de perdre un ballon très dangereux devant Depay (60e). Il a bien contré Traoré dans la prolongation (96e). Du bon boulot.

  • 5/12

    Bakker (4,5)

    Malgré sa puissance, il a rapidement subi défensivement. Il a notamment été trimbalé sur un une-deux entre Depay et Dubois (45e+4). Son apport offensif a été bien faible.

  • 6/12

    Gueye (4,5)

    Beaucoup de courses, en phase défensive comme dans le jeu, mais il s’est montré imprécis dans ses passes avant d’envoyer une belle frappe sortie par Lopes (43e). Remplacé à la 58e minute par Herrera, auteur d’une grosse entrée.

  • 7/12

    Marquinhos (6,5)

    Toujours aussi précieux à la récupération en tant que numéro 6. A la relance, il arrive à s’extirper de la pression adverse la plupart du temps, ce qui fait de lui une option valable pour Tuchel dans ce rôle de sentinelle.

  • 8/12

    Verratti (8)

    Régénéré physiquement, il a été énorme dans son rôle de relayeur, avec de la présence défensive et évidemment des sorties de balle impressionnantes. Il a aussi créé plusieurs situations chaudes en lançant Neymar ou en s’infiltrant dans les 30 derniers mètres adverses pour tenter de trouver ses coéquipiers. Et ce jusqu’en prolongation.

  • 9/12

    Di Maria (4)

    Le gaucher argentin a semblé très faible physiquement. Il a attendu 20 minutes avant d’enclencher quelques mouvements offensifs. Puis il a été incapable de conclure tout seul en contre-attaque (32e, 45e+1, 74e).

  • 10/12

    Neymar (5)

    S’il s’est montré dangereux en début de match avec deux frappes, le «Ney» a beaucoup provoqué mais a souvent manqué d’application ballon au pied, même s’il a subi beaucoup de fautes. Ses quelques ouvertures n’ont pas donné de but. Replacé en pointe à l’heure de jeu, il n’a pas été capable de conclure (61e, 86e).

  • 11/12

    Icardi (3)

    Sans surprise, il a été transparent. Il a peu décroché pour servir d’appui et n’a pas fait beaucoup d’appel. Il est lancé plein axe par Di Maria mais en étant hors-jeu (35e). Rappelé sur le banc dès la 58e minute et strapé à la cuisse…

  • 12/12

    Sarabia (non noté)

    L’Espagnol, positionné ailier droit à son entrée en jeu (58e), a eu peu d’espaces pour s’exprimer. Mais il a jailli devant le but, sur un centre de Bakker (75e) ou une ouverture de Verratti (90e) et c’était déjà plus que ce qu’a fait Icardi…

Source : Sports.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *