Griezmann, l’humiliation

Opposé à son ancienne équipe, Antoine Griezmann a dû se contenter d’une entrée en jeu à la 90e minute, mardi, lors du choc entre le FC Barcelone et l’Atletico Madrid.

« Je n’ai pas de mots. » Ancien entraîneur d’Antoine Griezmann chez les Colchoneros, Diego Simeone a bien du mal à expliquer et même comprendre la situation du champion du monde tricolore au FC Barcelone. Atout principal de l’Atletico Madrid lors de ses cinq saisons passées dans la capitale espagnole, le Mâconais, pourtant recruté pour quelque 120 millions d’euros l’été dernier, en est en effet réduit à jouer les utilités chez les Blaugrana.

Mardi, Antoine Griezmann, dont le dernier but avec le Barça remonte toujours à fin février, en a été quitte pour une nouvelle rencontre débutée sur le banc. La troisième en quatre matches. Et cette fois, le Français a dû attendre la 90e minute pour avoir voix au chapitre face à l’Atletico Madrid, devant donc se contenter des quatre minutes du temps additionnel alors que les Catalans n’ont pu faire mieux que match nul (2-2). Pour la presse espagnole, cela ne fait plus de doute, la situation de l’ancien Madrilène chez les champions d’Espagne vire à l’humiliation.

Je comprends parfaitement qu’il puisse se sentir mal

Présent en conférence de presse, Quique Setien n’a évidemment pas échappé aux questions sur le n°17 catalan, refusant évidemment l’idée d’une humiliation. « Je ne suis pas d’accord avec ce terme. Le faire entrer alors qu’il restait si peu de temps, c’est forcément dur pour un joueur de son niveau. Je parlerai avec lui mais ne vais pas m’excuser », a-t-il ainsi affirmé dans des propos relayés par Sport, ajoutant : «  je comprends parfaitement qu’il puisse se sentir mal. »

Face à son joueur, l’entraîneur catalan devra sans doute se montrer plus convaincant que face aux journalistes. « Tout le monde ne peut pas jouer. Je dois prendre des décisions. Ce n’est peut-être pas logique de le lancer à la 90e minute, mais il peut toujours se passer quelque chose. En tout cas, les joueurs sur la pelouse se débrouillaient bien. Ils faisaient un très bon match », s’est en effet contenté de justifier l’ancien coach du Betis Séville.

Réduit à la portion congrue, Antoine Griezmann vit en effet forcément mal la situation. Son entourage aussi. « J’ai envie de chialer sérieux », a d’ailleurs lancé son frère sur Twitter avant d’effacer son message.

Lire aussi:
Un 700e but bien fade pour Messi

La 33e journée de Liga
Le classement

Trulli

Précédent Suivant

  • 1/23

    Frenkie de Jong

    400 M€

  • 2/23

    Arthur

    400 M€

  • 3/23

    Philippe Coutinho

    400 M€

  • 4/23

    Ousmane Dembélé

    400 M€

  • 5/23

    Samuel Umtiti

    500 M€

  • 6/23

    Jordi Alba

    500 M€

  • 7/23

    Sergio Busquets

    500 M€

  • 8/23

    Sergi Roberto

    500 M€

  • 9/23

    Gerard Piqué

    500 M€

  • 10/23

    Gareth Bale

    500 M€

  • 11/23

    Dani Ceballos

    500 M€

  • 12/23

    Toni Kroos

    500 M€

  • 13/23

    Raphael Varane

    500 M€

  • 14/23

    Luka Modric

    500 M€

  • 15/23

    Thibaut Courtois

    700 M€

  • 16/23

    Marco Asensio

    700 M€

  • 17/23

    Isco

    700 M€

  • 18/23

    Lionel Messi

    700 M€

  • 19/23

    Luka Jovic

    750 M€

  • 20/23

    Vinicius Jr

    750 M€

  • 21/23

    Brahim Diaz

    750 M€

  • 22/23

    Antoine Griezmann

    800 M€

  • 23/23

    Karim Benzema

    1 000 M€

Source : Sports.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *