Kyrgios a vraiment réalisé une saison de folie !

Sur le plan des statistiques au service, Nick Kyrgios, remonté à la 22eme place du classement mondial, termine la saison devant tout le monde. Avec 92,9% d’efficacité sur ses mises en jeu durant la saison, l’Australien devance les Américains John Isner et Reilly Opelka.

Nick Kyrgios (27 ans) a peut-être besoin d’argent. C’est en effet pour gagner davantage, à l’entendre, que l’Australien a zappé la récente finale de Coupe Davis qui a vu son pays s’incliner en finale face au Canada de Felix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov, préférant disputer une exhibition du côté de l’Arabie Saoudite. En revanche, « Crazy Nick » n’a pas besoin de travailler son service. Plus exactement, si le joueur remonté au 22eme rang mondial a tout intérêt à continuer de s’entraîner pour que ce domaine de jeu qui constitue assurément l’un de ses atouts premiers reste aussi productif à l’avenir, il peut également prendre le temps de s’asseoir pour se délecter de ses statistiques cette saison. Kyrgios, battu en finale à Wimbledon par Novak Djokovic pour sa première finale dans un tournoi du Grand Chelem, quart de finaliste à l’US Open et vainqueur du tournoi de Washington notamment, vient assurément de boucler l’exercice le plus réussi de sa carrière. Il a surtout atteint des sommets au service.

Tous les spécialistes dans le rétroviseur de Kyrgios

Ainsi, l’ancien numéro 13 mondial a fait mieux dans ce domaine que tous les joueurs du circuit, les meilleurs inclus. L’Australien a ainsi terminé la saison avec un pourcentage presque vertigineux en ce qui concerne ses engagements. De tous les jeux qu’il a joués sur son service en 2022, le natif de Canberra, toujours persuadé qu’il est meilleur lorsqu’il travaille sans entraîneur que l’inverse, en a remporté… 92,9%. Non seulement les géants que sont Rafael Nadal, Novak Djokovic ou Roger Federer, fraîchement retraité, n’arrivent pas à la cheville de Kyrgios sur ce point, mais Kyrgios peut également se vanter de dominer les joueurs ayant la réputation d’être les plus difficiles à breaker. Les géants américains John Isner (92,9% de jeux de service gagnés) et Reilly Opelka (91,2%) comme le Polonais Hubert Hurkacz, quatrième meilleur serveur de l’année, terminent ainsi dans le rétroviseur de la machine à aces aussie.

Source : Sports.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.