L’OL refuse toute sanction et saisit le CNOSF

Sanctionné à titre conservatoire d’un match à huis clos par la Commission de discipline, l’OL en appelle au CNOSF pour contester cette sentence et se prémunir d’éventuelles pénalités à venir.

Au lendemain d’un Olympico avorté, le dimanche 21 novembre dernier, la Commission de discipline décidait dans l’urgence d’une première sanction à l’encontre de l’OL: un huis clos intégral prononcé sur le match de la 16e journée de L1 entre Lyon et Reims. Ce mardi, les Gones contestent officiellement cette mesure conservatoire en saisissant le Comité national olympique et sportif français (CNOSF). Tout en réaffirmant par le biais d’un communiqué leur incompréhension face à toute sanction éventuellement prise contre le club.

Si les Lyonnais condamnent évidemment le geste de l’agresseur de Dimitri Payet, présentent leurs excuses au joueur et à l’OM et saluent le « comportement collectif exemplaire » de leurs supporters, le communiqué du jour tend surtout à préparer le terrain avant le 8 décembre et le verdict définitif de la Commission de discipline à l’encontre de l’OL. « L’acte individuel et isolé qui s’est déroulé le 21 novembre à Lyon ne peut être comparé à l’immense majorité des incidents collectifs depuis le début de saison. Par conséquent, il est impératif que la distinction soit faite entre les actes collectifs de violence et de dégradations, et les actes isolés que personne ne peut anticiper ou empêcher », martèle le club rhodanien.

L’OL en appelle à l’équité sportive

« Des sanctions identiques pour ces mêmes types d’actes, comme pour les actes isolés, font aujourd’hui peser sur les clubs des risques majeurs pour leur pérennité, poursuit l’institution présidée par Jean-Michel Aulas. La possible perte de recette supérieure à 3,5 millions d’euros, sans compter les répercussions de la mesure conservatoire et des suites disciplinaires, arriverait dans un contexte de crise déjà difficile pour l’Olympique Lyonnais comme pour les autres clubs qui peinent à sortir du covid-19. »

Et de conclure: « L’Olympique Lyonnais, au nom de l’équité sportive, économique et pour garantir une compétition juste, demande que les décisions qui seront prises dans le futur soient homogènes avec celles qui ont été prises depuis le début de saison et intègrent la règle fondamentale de proportionnalité. Cette même homogénéité est primordiale dans un même championnat afin de garantir l’équité entre des clubs. A ce titre, le club demande à être jugé par rapport à la réalité des faits. […] L’Olympique Lyonnais ne saurait accepter de devoir porter l’ensemble de la crise que vit le football sur ses seules épaules. »

Autrement dit, l’OL contestera toute sanction éventuelle – a fortiori si cette dernière répond à la jurisprudence née de l’interruption du match de championnat entre Nice et Marseille le 22 août. Un précédent qui avait vu le Gym sanctionné de deux points de pénalité, dont un avec sursis, plus trois matches à huis clos.

Lire aussi :Le gros coup de pression d’AulasOL-OM: Payet a porté plainteLa sanction tombe pour l’OL‘Honte’, ‘Minable’ : la presse française dit son écœurementL’OM donne des nouvelles de PayetBuquet: ‘Ma décision était de ne pas reprendre’

Source : Sports.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *