Pour Deschamps, « il faut être intransigeant » contre l’homophobie

Le sélectionneur de l’équipe de France, Didier Deschamps, estime qu’il n’y a « pas de place » pour l’homophobie dans les stades et qu’il faut « lutter contre ce phénomène-là ».

Avec deux matches interrompus, BrestReims samedi et NiceMarseille mercredi soir, la 3e journée de Ligue 1 a été marquée par des incidents liés à des chants ou banderoles à caractère homophobe. Un problème qui, à terme, pourrait également toucher les rencontres internationales, si l’UEFA ou la FIFA décidaient de lutter aussi fermement que la LFP contre ce phénomène.

Si Didier Deschamps regrette que les joueurs subissent les débordements de certains supporters, il comprend que les arbitres prennent la décision de stopper les débats. « Le constat que tout le monde peut faire, c’est que forcément ça perturbe le déroulement d’un match, mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre cette décision-là », a-t-il déclaré jeudi, en conférence de presse.

Un problème « difficile à régler »

Pour le sélectionneur de l’équipe de France, le problème exige « une réflexion très approfondie » mais sera « difficile à régler ». D’autant qu’il y a, dit-il, « une certaine forme de provocation » de la part des supporters, qui risquent de multiplier les banderoles pour protester contre ce nouveau règlement. « Mais il faut être intransigeant par rapport à ce type d’évènement », insiste « DD ».

Même si un match des Bleus devait un jour être arrêté ? « A partir du moment où il n’y a pas de place pour ça, il n’y a pas de place, a-t-il affirmé. Que ce soit un match de Ligue 1 ou un match amateur, ça n’a pas lieu d’être sur un terrain de sport, quel qu’il soit. Je ne vais pas exclure l’équipe de France de ça. On est tous unis par rapport au fait qu’on doit lutter contre ce phénomène-là. »

Source : Sports.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *